Paris 00h17
Vientiane 06h17
Expéditions Spéléologiques au Laos
 

samedi 05 mars 2016

   
Marina

Les militaires de Tham Paka
Réveil dans la salon du père de Mee. On se sent un peu comme en otage depuis hier parce qu'on nous a déjà demandé de payer un max la veille pour visiter une grotte à 10 minutes de moto du village en nous disant qu'il faut une commission pour les militaires ou le maire, c'est flou, et quand j ai essayé de négocier, qu'on a déjà lâché plein de blé pour les pirogues hier et qu on en relâché encore demain et qu'il peut nous amener gratos , il nous amène chez le maire. Avec ses drapeaux de communistes et ses tracteurs neuf high-tech comparé au charrette qu'on trouve dans tout le village. Bref en plus on espérait dormir dans la grotte peinard et le maire s'y oppose et nous demande de revenir avant 17h, et escorté d'un militaire... génial.... les relous... liberticide maximum. y a rien à négocier.
Ma mob commence à me relouter aussi, elle caprice pour démarrer...
Bref ça c'était hier. Mais aujourd'hui on part a Tham Paka... on attend Yves et Jeff qui arrivent de Muang Muet ce matin pour y aller. On est sensé y aller et dormir sur place dans la grotte dans le squat des moines jusqu'à demain. Mais au dernier moment, ils nous apprennent que soit disant les militaires ne sont pas d'accord qu'on y dorme à cause des attaques des Hmong, et qu'ils ont peur qu'on se fasse dépouiller.... bref l'occaz pour eux de nous faire perdre un max de temps en moins sous terre et de nous re faire dormir chez eux et raquer plus. Le trajet en pirogue depuis le village dure 2h aller 1h15 retour quand nous sommes 6 dans la pirogue. Bref … on fait en plus une pose au camp militaires 100m avant l'entrée du gouffre qui nous fait perdre encore 30min.... au final il ne reste plus que 3h sur place, avant qu on retourne à la pirogue pour rentrer avant la nuit.
Pas grave, on trace vers l'éboulement menant à un vide que j'avais repéré l'avant veille. On commence à progresser dans le chaos puis dans une pente argileuse. Je passe devant tête baissée. Je progresse trop vite en faisant de vague prise grattées dans l'argile avec mes ongles. Trop de précipitation, la pente augmente, il n'y a plus de prise et j'arrive devant un mur d argile... pas de prises solides... je commence à penser à désescalader parce que je suis devant un mur d argile...
je fatigue, la desescalade est plus compliquée, et je glisse..... et j accélère dans la glissade à plat ventre sans savoir si ça va s’arrêter, le stress, perte de contrôle. Guillaume m'arrête dans ma chute.
il prend le relais et pose 3 spits. On part sur un équipement avec corde. En attendant je topographie la progression. La suite sera pour demain. Pas assez de temps à cause de leur trajet de pirogue..... Le soir au retour au village on choppe des bières et on commence à les siroter au bord de la rivière, là on nous fait remarquer que « in my village » ca ne se fait pas. On est gavé, on ne mange même pas, on continue de boire nos bières chez eux. …. après on a une envie terrible de pisser … normal, pas de toilette, on retourne à la riviere pour pisser. Erreur, on est encore sorti du village, alors qu'on est des étrangers sous leur « protection » , on nous le reproche encore... en rentrant séparation pour dormir. Bref vivement demain pour continuer la progression dans la grotte. Parce que au village c'est vraiment des gros relous qui essayent un max de raquette du blé en rediscutant en permanence les conditions......
La nuit les coqs chantent en concert à partir de 4h, et à 6h notre réveil... à suivre. militaire... génial.... les relous... liberticide maximum. y a rien à négocier.


Clément

Nam phuong centrale
La piste vers la nam phuong centrale, un enfer de 10km culminant à 1150m, pentes abruptes et ornières boueuses plongeant à l''ouest dans la jungle. Nos motos sont poussées à bout. Le soleil est écrasant, les arrêts sont fréquents pour éviter le serrage moteur. À quelques encablures du col la bécane de Gaël déraille. Ras le bol ! Nous abandonnons ces merdes chinoises dans un buisson et continuons à pied. Le passage du col et sa redescente nous prend le reste de la journée. Contrairement à ce que montrait les photos satellite un peu datées, la vallée est habitée, nous tombons sur un village d'une dizaine de maisons et des plantations. La soirée se passe dans la maison du chef du village à renfort de gnôle arrangée, les lampes à huiles crachent de la suie, les hommes du villages sont fascinés par notre carte et nous donnent du "tham gnaï" un peu partout. Bonne nouvelle on n'a pas fait le déplacement pour rien !
Réveil à 7h, déjeuner sur le peron de la maison, personne ne semble s'intéresser à nous, le chef nous annonce une méforme. On a jamais vraiment compris si il voulait venir avec nous. Tant pis, le fond de la vallée nous appelle, on trace !!! La zone tant convoitée depuis 2 ans est là, juste au bout de la vallée, ce soir nous y serons, peut-être...


Etude et Exploration des Gouffres et Carrières -